Office de tourisme des Sablons en Pays de Nacre

Découvrir
et visiter

Préparer
votre séjour

Sortir

Séminaires
et réceptions

Andeville

Le suffixe ville donne comme origine une villa latine ou franque, comme le montre les anciennes dénominations Andium Villa, Anatum Villa.
Longtemps village de laboureurs, le développement d’Andeville date du XVIIIème au cours duquel elle devient un haut-lieu de l’industrie nacrière et de la tabletterie. En 1806, 75 % de la population active est tabletier. Les maisons construites rue Jean Jaurès témoignent de l’évolution de ce village, d’une communauté rurale à au XIXème siècle une petit ville d’artisans spécialisés dans la tabletterie. Ces maisons cossues d’artisans en brique et même parfois en pierre, séparées de la rue par une grille en fer forgée, fait dire à Jules Cauchois, écrivain local du XIXème qu’Andeville "est un des plus beaux villages du canton. Les habitations sont construites, pour la plupart, avec un soin et une recherche qui atteste les goûts artistiques de la population". Les ouvriers-tabletiers de cette commune ont été particulièrement actifs lors des célèbres grèves de 1909.

  A voir


L’église Saint Léger : Au premier regard, cette église peut surprendre le visiteur, en effet on observe une différence d’époque et de matériaux entre le chœur et la nef. Le clocher et la nef sont en brique, dans un style néogothique (XIXème siècle) sans grande originalité. Le chœur est lui en pierre et date du XVIème siècle. De plan simple, il se compose de deux travées droites terminées par une abside à 3 pans. Les voûtes sont de simples croisées d’ogives. Les fenêtres sont recoupées par un meneau avec un réseau flamboyant. Par toutes ses caractéristiques, ce chœur est représentatif d’un mode de construction stéréotypé. C’est une version assagie de la dernière période du gothique, tel qu’on le pratiquait dans les campagnes en accompagnement du renouveau économique et démographique du XVIème siècle. La restauration complète de cette église par la Communauté de Communes s’est achevée en 2011.

 Diaporama :

1

Toujours dans le chœur, cette magnifique clef de voûte armoriée, portant la date de 1547 indique que le chœur était alors achevé.

2

Façade néo-gothique du XIXème siècle.

Le mausolée de Charles Vincent Xavier Leporcq : à l’entrée du cimetière se trouve un curieux monument à la mémoire de Charles Vincent Xavier Leporcq, officier des armées napoléoniennes, mort à 28 ans selon son épitaphe  "il meurt de fatigue des 7 campagnes".

Plus dans cette catégorie : « Amblainville Anserville »